Sélectionner une page

29 mars 2018

Badamier et responsabilité : le fait du tiers réaffirmé

 

Le 18 mai 2006, à l’école du Centre de Saint-Philippe de La Réunion, alors qu’ils s’amusent à se lancer des badames, un enfant de 11 ans blesse grièvement l’œil droit de son petit camarade de 8 ans.

Dans ce contexte, la commune de Saint-Philippe se retrouve condamnée à rembourser au FGTI les sommes que ce dernier a versé à la représentante légale de la victime, d’abord par le Tribunal administratif de La Réunion, puis par la Cour administrative d’appel de Bordeaux.

Pourtant, la commune invoquait la faute du tiers, c’est-à-dire celle de l’enfant auteur du jet de badame.

Mais s’alignant sur le juge judiciaire, la CAA de Bordeaux avait écarté ce moyen en termes d’obligation in solidum. Elle avait en effet jugé qu’une telle faute ne pourrait avoir aucune influence sur la responsabilité de la commune à l’égard de la victime et serait seulement de nature à lui permettre, si elle s’y croyait fondée, d’exercer une action récursoire contre ce tiers.

Toutefois, le revirement de jurisprudence escompté n’aura pas lieu : en effet, le Conseil d’Etat censure pour erreur de droit l’arrêt de la CAA dès lors « qu’elle devait apprécier si et dans quelle mesure le comportement d’un tiers ayant concouru à la réalisation du dommage était de nature à atténuer la responsabilité de la commune ».

Refusant ainsi de généraliser la logique de la responsabilité in solidum, la haute juridiction administrative réaffirme donc pleinement le fait du tiers comme cause exonératoire de responsabilité.

  • CE, 19 juillet 2017, n° 393288, à paraître au Recueil Lebon

Article rédigé par :

Julie PONAPIN
Avocat

Partager

Sur le même thème

Pas de mise en quarantaine sans l’intervention du juge judiciaire

Pas de mise en quarantaine sans l’intervention du juge judiciaire

Dans sa décision rendue sur la constitutionnalité des dispositions de cette loi, le Conseil constitutionnel a rappelé que ces mesures constituent des mesures privatives de liberté dès lors que l’intéressé doit demeurer à son domicile ou dans un lieu d’hébergement durant une plage horaire supérieure à douze heures. Elles devaient par conséquent être accompagnées des garanties permettant la sauvegarde de la liberté individuelle prévue à l’article 66 de la Constitution – plus particulièrement l’intervention du juge judiciaire en amont de la mesure.